La preuve génétique de l’expansion des tribus arabes dans l’Afrique du Nord الدليل الجيني لإنتشار قبائل العرب في شمال إفريقيا

Almut Nebel 1 , * , Ella Landau-Tasseron 2 , Dvora Filon 1 , Ariella Oppenheim 1 et Marina Faerman 3 , 1 Département d’hématologie, Université Hadassah Medical School hébreu et l’hôpital universitaire Hadassah 2 L’Institut d’études asiatiques et africaines, Université hébraïque 3 Laboratoire d’Anthropologie biologique et ADN ancien, L’hébreu Ecole Hadassah de l’Université de médecine dentaire, Jérusalem * Affiliation actuelle: Division de la génétique humaine, École de médecine, service de laboratoire de santé national (NHLS) et de l’Université de Witwatersrand, Johannesburg, Afrique du Sud.

DNA - Algérie Dans une publication récente, Bosch et al. ( Bosch et al., 2001 ) a rendu compte du chromosome Y variation dans les populations du nord-ouest (NW) Afrique et la péninsule ibérique. Ils ont observé un haut degré d’homogénéité génétique entre les chromosomes NW africaine Y des Arabes marocains, des Berbères marocains et Sahraouis, qui conduit les auteurs à émettre l’hypothèse que «l’arabisation et l’islamisation de l’Afrique du nord-ouest, en commençant lors de la 7e siècle de notre ère, … [étaient] phénomènes culturels sans remplacement d’envergure génétique »(p. 1023). H71 (UE10) a été trouvé à être le deuxième plus fréquent haplogroupe dans ce domaine. Après l’hypothèse de Semino et al. ( Semino et al., 2000 ), les auteurs ont suggéré que cet haplogroupe avait étalé du Moyen-Orient avec la vague néolithique de l’avance. Nos résultats récents (Nebel et al. Nebel et al., 2000 , Nebel et al., 2001 ), cependant, suggèrent que la majorité des chromosomes de l’UE10 en Afrique NW sont dus à des flux de gènes récente provoquée par la migration des tribus arabes dans le premier millénaire de l’ère commune (CE). Dans l’échantillon de NW Africains (Bosch et al. Bosch et al., 2001 ), 16 (9,1%) des 176 chromosomes Y étudiés étaient de l’UE-10 (H71 sur un fond haplogroupe 9). Parmi ces 16 chromosomes, 14 formé un réseau de microsatellite compact: 7 personnes partagent un seul haplotype, et les haplotypes de l’autre 7 étaient une ou deux étapes de mutation supprimé. Cette faible diversité peut être le signe d’un effet fondateur récent.D’où venaient ces chromosomes viennent? La fréquence la plus élevée de l’UE-10 (30% -62,5%) a été observé jusqu’ici dans diverses populations arabes musulmans du Moyen-Orient (Semino et al. Semino et al, 2000. ;. Nebel et al Nebel et al, 2001. ). La plus fréquente UE10 microsatellite haplotype dans NW Africains est identique à un haplotype modal (DYS19-14, DYS388-17, DYS390-23, DYS391-11, DYS392-11, DYS393-12) Arabes musulmans qui vivent dans une petite zone dans le nord d’Israël, la Galilée (Nebel et al. Nebel et al., 2000 ). Ce haplotype, qui est présent dans la Galilée à 18,5%, a été appelé l’haplotype modal de la Galilée (Galilée MH) (Nebel et al., 2000). Notamment, il est absent de deux populations distinctes non-arabes du Moyen-Orient, les Juifs et les Kurdes musulmans, qui ont tous deux importants UE10 fréquences de 18% et 12%, respectivement (Nebel et al.Nebel et al., 2001 ). Fait intéressant, cet haplotype modal est également l’haplotype le plus fréquent (11 [~ 41%] de 27 personnes) de la population de la ville de Sena, au Yémen (Thomas et al. Thomas et al., 2000 ). Sa seule étape voisin est l’haplotype le plus commun de l’échantillon yéménite Hadramaout (5 [~ 10%] des 49 chromosomes;. Thomas et al Thomas et al, 2000. ). La présence de cet haplotype modal particulier à une fréquence significative dans trois lieux géographiques distincts (Afrique du nord-ouest, le sud du Levant, et Yémen) fait des événements génétique dérive indépendants peu probable. Il convient de noter que les échantillons yéménites (Thomas et al. Thomas et al., 2000 ) n’ont pas été typés pour les marqueurs binaires (p12f2 et M172) qui définissent l’UE10. Toutefois, les deux haplotypes modaux yéménites sont présents sur un fond de l’haplogroupe compatible avec l’UE10. Ces haplotypes porteurs d’un allèle de DYS388 avec un grand nombre de répétitions (c.-à-17). Nombre élevé de répétition de DYS388, ≥ 15, ont été trouvés à produire presque exclusivement sur ​​HG9, qui comprend EU9 et UE10. En outre, dans un échantillon d’un six populations du Moyen-Orient, avec 17 chromosomes répétitions sont fréquentes (40%) dans l’UE10 et rare (7%) en EU9 (Nebel et al. Nebel et al., 2001 ).

Le terme «arabe», ainsi que la présence des Arabes dans le désert syrien et le Croissant fertile, est d’abord vu dans les sources assyriennes du 9e siècle avant notre ère (Eph’al Ep `al, 1984 ). Se référant à l’origine des nomades de l’Arabie centrale et septentrionale, le terme «Arabes» est venu plus tard pour inclure la population sédentaire du sud, qui avait sa propre langue et culture. Le terme recouvre donc deux stocks différents qui sont devenues linguistiquement et culturellement unifié encore conservé la conscience de leurs origines distinctes (Grohmann et al.Grohmann et al, 1960. ; Rentz Rentz, 1960 ; Caskel Caskel 1966 , pp 19-47; Goldziher Goldziher 1967 , pp 45-97, 164-190; Beeston Beeston, 1995 , voir aussi Peters Peters, 1999 ). Les migrations des tribus arabes du sud vers le nord ont été principalement enregistrés depuis le sièclede notre ère 3D. Ces tribus sont installés dans divers endroits en Arabie centrale et septentrionale, ainsi que dans le Croissant Fertile, y compris les zones qui font maintenant partie d’Israël (Dussaud Dussaud, 1955 ; Ricci Ricci, 1984 ). L’émergence de l’Islam au 7ème siècle de notre èrefavorisé l’unification des populations tribales arabes. Cette communauté arabo-islamique unifié engagé dans un grand mouvement d’expansion, le Croissant Fertile et l’Egypte sont les premières régions à avoir été conquis. Il est très difficile de retracer la composition tribale des armées musulmanes, mais il est connu que les tribus d’origine yéménite ont formé la majorité de ces contingents musulmans qui ont conquis l’Egypte dans le milieu du 7ème siècle de notre ère. Egypte était la base principale pour les raids plus à l’ouest dans le Maghreb. La conquête de l’Afrique du Nord a été difficile et a pris quelques décennies à compléter (Abun-Nasr Abun-Nasr, 1987 ). La région a été militairement et administrativement rattaché à l’Égypte jusqu’au début du 8ème siècle de notre ère. Tribus arabes d’origine nord entrés en Afrique du Nord ainsi, tant que les troupes et les migrants. Une grande vague de migration de ces tribus, les Banu Hilal et Banu Sulaym, ont eu lieu au cours de la CEdu 11ème siècle (Abun-Nasr Abun-Nasr, 1987 ). Ainsi, les Arabes, les deux sud (Yémen) et du nord, ajouté à l’hétérogène Maghribi melting pot ethnique.

1794821_622627051135939_1010077732_n On sait peu sur les origines de la population autochtone du Maghreb, les Berbères, sauf qu’ils ont toujours été un peuple composite. Après le 8esiècle de notre ère, un processus d’arabisation affecté la majeure partie des Berbères, alors que la culture et la population arabo-islamique absorbés éléments locaux. Dans le cadre unificateur de l’Islam, d’une part, et à la suite de la colonie arabe, de l’autre, une fusion a eu lieu qui a abouti à une nouvelle entité ethnoculturelle dans le Maghreb. En outre, des tribus berbères prétendu parfois origine arabe afin de renforcer leur prestige. Par exemple, la tribu nomade berbère du Sahara occidental, le Lamtuna, a réclamé la descente de l’un des éponymes Arabie du Sud, Himyar. L’un des chefs de cette tribu berbère, Lamtuna, est parfois appelé sahraoui, qui signifie «l’un des nomades» ou «celui qui vient du Sahara” (Ibn al-Athir Ibn al-Athir, 1898 , p 462.; Ibn Khallikan Ibn Khallikan 1972 , pp 113, 128-129; Lewicki Lewicki, 1986 ). Dans les sources arabes, cependant, le nom sahraouie est rarement utilisé et ne semble pas se référer à un groupe spécifique généalogique. À la lumière de ces données historiques, il n’est pas surprenant de trouver, parmi les Berbères et Sahraouis contemporaines de l’Afrique du Nord, les chromosomes Y qui pourraient avoir été introduites par des vagues récurrentes d’envahisseurs de la péninsule arabique. Ces événements historiques documentées, avec la conclusion d’un haplotype particulier dans l’UE-10 Yéménites, les Palestiniens, et NW-Africains, sont évocateurs d’une origine commune récente de ces chromosomes. Remarquablement, le seul non-Arabes dans lesquels cet haplotype a été observé à ce jour sont les Berbères (Bosch et al. Bosch et al., 2001 ). Il semble que la piscine de chromosome UE10 en Afrique NW est dérivé non seulement à partir de dispersions néolithique mais aussi de l’augmentation récente de la péninsule arabique.

Références

Abon-Nasr, 1987 Abun-Nasr, JM (1987). Une histoire du Maghreb à la période islamique. (Cambridge: Cambridge University Press). PubMed

Beeston 1995 Beeston, AFL (1995) Saba En Bosworth, CE, van Donzel, E, Heinrichs, WP, Lecompte, G, eds 2e éd, l’encyclopédie de l’Islam vol8,… (Leiden: EJ Brill), pp . 663-664. PubMed

Bosch et al., 2001 Bosch, E, Calafell, F, Comas, D, Oefner, PJ, Underhill, PA, et Bertranpetit, J (2001). Analyse haute résolution des variations du chromosome Y humain montre une continuité forte et limitée flux de gènes entre l’Afrique du nord-ouest et la péninsule ibérique Am J Hum Genet68, 1019-1029.. Résumé | Texte intégral | PDF (1476 ko) | CrossRef | PubMed

Caskel 1966 Caskel, W (1966). Gamharat un-nasab Vol 1. (Leiden: EJ Brill). PubMed

Dussaud 1955 Dussaud, R (1955). La pénétration des Arabes en Syrie avant l `Islam. (Paris: P Geuthner). PubMed

Eph `al, 1984 Ephàl, I (1984). Les anciens Arabes. (Jérusalem: Le Magnes Press, The Hebrew University). PubMed

Goldziher 1967 Goldziher, I (1967) En Stern, SM, éd études musulmanes Vol 1,… (Londres: George Allen & Unwin), (trans de l’allemand par Barber CR, Stern SM) PubMed

Grohmann et al., 1960 Grohmann, A, Caskel, W, Spuler, B, Wiet, G, et Marçais, G (1960). al-`arabe. Dans Lewis, B, Pellat, C, Schacht, J, eds. 2e éd, l’encyclopédie de l’Islam Vol 1, (Leiden: EJ Brill), pp 524-533. PubMed

Ibn al-Athir, 1898 Ibn al-Athir, (1898). Annales du Maghreb et de l’Espagne. (: Alger). PubMed

Ibn Khallikan 1972 Ibn Khallikan, (1972). Wafayat al-A `yan Vol 7. (Beyrouth: Dar al-Thaqafa). PubMed

Lewicki, 1986 Lewicki, T (1986) Lamtuna En Bosworth, CE, van Donzel, B, Lewis, B, Pellat, C, eds 2e éd, l’encyclopédie de l’Islam Vol 5,… (Leiden: EJ Brill), pp . 652. PubMed

Nebel et al., 2001 Nebel, A, Filon, D, Brinkmann, B, Majumder, PP, Faerman, M, et Oppenheim, A (2001). Le chromosome Y piscine des Juifs comme partie intégrante du paysage génétique du Moyen-Orient . Am J Hum Genet 69, 1095-1112. Résumé | Texte intégral | PDF (1387 ko) |CrossRef | PubMed

Nebel et al., 2000 Nebel, A, Filon, D, Weiss, D, Weale, M, Faerman, M, Oppenheim, A, et Thomas, MG (2000). haute résolution haplotypes du chromosome Y dans les Arabes israéliens et palestiniens révèlent .. structure géographique et un chevauchement important avec les haplotypes de Juifs Hum Genet 107, 630-641 CrossRef | PubMed

Peters, 1999 .. Dans Les Arabes et l’Arabie à la veille de l’Islam Peters, FE, ed (Brookfield, VT: Ashgate). PubMed

Rentz 1960 Rentz, G (1960) Djazirat al-`Arab En Lewis, B, Pellat, C, Schacht, J, eds 2e éd, Le Encyclopédie de l’Islam Vol 1,… (Leiden: EJ Brill), pp533-555. PubMed

Ricci, 1984 .. Ricci, L (1984) L’élargissement de l’arabie meridionale En Chelhod, J, ed L’Arabie du Sud Vol 1,. (Paris: Maisonneuve et Larose), pp239-248. PubMed

Semino et al., 2000 Semino, O, Passarino, G, Oefner, PJ, Lin, AA, Arbuzova, S, Beckman, LE, De Benedictis, G, Francalacci, P, Kouvatsi, A, Limborska, S, et al. … (2000) L’héritage génétique de l’Homo sapiens du Paléolithique dans Européens existants: un point de vue de la sciencechromosome Y 290, 1155-1159 CrossRef | PubMed

. Thomas et al, 2000 . Thomas, MG, Parfitt, T, Weiss, DA, Skorecki, K, Wilson, JF, Le Roux, M, Bradman, N, et Goldstein, DB (2000) chromosomes Y voyageant vers le sud: le Cohen .. haplotype modal et les origines des Lemba-les “juifs noirs d’Afrique du Sud” Am J Hum Genet 66, 674-686